Share |

Abara Banaba Information - FRENCH

Abara-Banaba-strive-to-prosper

ABARA BANABA - Our Homeland Banaba 

Motto: "Keiaki Waaki!" (Keiaki Waaki!)    Meaning: Strive to Prosper: perdurer pour prospérer

Description du logo : L'étoile jaune d'or représente le soleil qui est un totem banaban. La forme circulaire représente l'île de Banaba et aussi l'hameçon de pêche traditionnelle qui symbolise la survivance des Banabans à travers les générations. Sa couleur bleue signifie que les Banabans sont un peuple de la mer.

[strive to prosper : perdurer pour prospérer]

Français - 

Brochure d'information sur ABARA BANABA

 

For more information on ABARA BANABA (French) 

 

Download our FREE BROCHURE (French) (393kb)  now

Vous êtes encouragés à distribuer notre brochure autour de vous. Contactez-nous  admin@banaban.com si vous avez besoin de plus d'informations.

 

banaban-information-brochure-english

A FREE copy of our ABARA BANABA Brochure is available as a .pdf format which requires Acrobat Reader to read it. To get a FREE copy of Acrobat Reader "click on here..." 

Les BANABANS La vie aujourd'hui…

 

Malgré que le peuple ait grandement souffert des plus graves injustices humaines et environnementales, les Banabans aiment leur terre délaissée dans l'oubli. Les riches ressources en phosphates de Banaba et les os de leurs ancêtres sont de nos jours, au loin dispersés en poussière en Australie, Nouvelle-Zélande et Grande-Bretagne.

Au long des 80 années d'extraction minière sur le sol banaban, les gouvernements de Grande-Bretagne, d'Australie et de Nouvelle-Zélande et d'autres pays ont pillé par millions les avantages agricoles et profité de la vente des carrières de phosphate, sans que les Banabans n'en récoltent rien.

 

Aujourd'hui, à Rabi et à l'île Banaba, sans aide ou infrastructure appropriées pour un développement futur, le quotidien de la vie banabane est une lutte constante pour la survie, où les droits à l'accès aux services médicaux et à l'éducation sont considérés comme des luxes ; et l'abandon de la communauté éloignée se sur-ajoute autant à l'isolement désespéré qu'à l'abattement du peuple banaban.

 

Il reste aux Banabans cet héritage patent de la destruction de leur patrie par les extractions de la phosphate qui sont les obstacles laissés par les gouvernements impliqués ; et ceux-ci assurent plus encore leur répression en interdisant de nouvelles actions afin de rechercher la justice.

 

Les Banabans se sont avérés être une communauté minoritaire qui émerge de deux pays en voie de développement du Tiers-Monde.

 

Aujourd'hui les Banabans font face à un de leurs défis les plus grands - la survie même du peuple Banaban : pour eux, la lutte pour la justice est loin d'être achevée.

 

banaban-brochure-Chez

 

 

Les BANABANS: leur histoire…

 

Les Banabans sont un peuple d'Océanie du sud des îles du Pacifique. En 1900, l'île de Banaba a été découverte comme étant constituée de phosphate pur. Cette découverte fatale a été le début de 80 ans d'extraction de ce phosphate par les gouvernements de Grande-Bretagne, d'Australie et de Nouvelle-Zélande et la quasi destruction de la patrie des Banabans.

Durant la deuxième guerre mondiale, les forces impériales japonaises envahirent Banaba dans l'intention de faire main-mise sur ces opérations d'extraction. Ils ont assassiné un cinquième de la population banabane et ont déporté le reste vers d'autres îles du Pacifique, où ils ont été soumis au travail forcé.

 

A la fin de la guerre, les survivants banabans ont été rassemblés par le gouvernement colonial britannique qui a édicté qu'ils ne pouvaient retourner chez eux. Le gouvernement colonial a prétexté cette excuse de l'invasion japonaise pour empêcher les Banabans qui se mettaient en travers de leurs plans pour continuer l'exploitation du phosphate, de revenir dans leur île-patrie.

 

Débarquant sans provisions ni assistance, le 15 décembre 1945, les Banabans ont été déportés à l'île Rabi, située à plus de 3200 km dans le groupe des îles Fidji. La moindre intention de visiter ou de revoir leur patrie ne pouvait être admise qu'après avoir obtenue l'approbation du gouvernement colonial britannique.

 

En 1965, les Banabans ont entrepris des procédures de justice contre le gouvernement colonial auprès de la Haute Cours britannique. Cette bataille juridique dispendieuse et longue s'est avérée être l'un des plus interminables cas civils de l'histoire pour aboutir au jugement exposant que, bien qu'ils aient été trompés, la Cours était impuissante à accorder des dommages et intérêts aux dépends du gouvernement britannique. Jusqu'en 1981, les Banabans n'ont reçu aucun type de compensation, ne serait-ce que minimal.

 

[Illustration : Les Banabans ont été enlevés de Banaba et envoyés à l'île Rabi, aux Fidji, à plus de 3800 km de distance]

Parallèlement à leur procédure judiciaire, les Banabans ont étendu leur combat pour la justice en adressant une pétition revendiquant leur indépendance au gouvernement britannique. Cette fois encore, le gouvernement britannique s'est lavé les mains de la question banabane et l'a laissée en suspend jusqu'au la venue d'un Gouverneur des Colonies et d'un Conseil des ministres nouvellement formé. De nouveau, leurs espoirs ont été brisés lorsque le Conseil s'est opposé, à ce moment-là comme pour l'avenir, à l'indépendance de Banaba.

 

En novembre 1979, le dernier bateau chargé de phosphate a quitté les rivages de Banaba et les Banabans ont alors retrouvé leur patrie sous le contrôle de la République de Kiribati, nouvellement formée des anciennes îles Gilbert, nation fort éloignée tant pour ce qui est de la coutume que du lieu. La majorité de la communauté Banaban a été laissée à l'abandon dans l'île Rabi (Fidji), où ils sont encore aujourd'hui, et y luttent pour leur survie loin de leur patrie.

Banaba restera toujours leur patrie.

 

Les BANABANS....

 

Où on pose la question : pourquoi les gouvernements d'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et du Japon préfèrent-ils que Banaba reste une histoire "oubliée" ?

 

À l'origine, en 1900, l'extraction minière de Banaba a été effectuée par une société britannique privée. Mais en 1920 cette société a été remplacée par les gouvernements anglais, australien et néo-zélandais qui ont regroupé leurs forces et ont formé un consortium connu sous le nom de "Commission de Phosphate britannique". Ces trois gouvernements ont jusqu'à 1981, procédé à une extraction sans merci du phosphate de Banaba et n'ont fait aucune tentative - malgré de précédentes promesses - pour réhabiliter l'île dévastée ou encore fait de Banaban une patrie à nouveau vivable.

 

Dans la société moderne, l'histoire des Banabans et les mauvais traitements qu'ils ont subis des actions des quatre puissantes nations, est difficile de croire.

 

Aujourd'hui nous avons l'avantage de la sagesse rétrospective et celui de la technologie moderne qui permet d'atteindre le réseau global et ses moyens de communication à un niveau auparavant jamais  imaginés. Le moment présent rend ainsi chaque d'entre nous conscient de combien est petite la Planète Terre et de nos responsabilités morales vis-à-vis de nos voisins mondiaux. Dans notre ère de croissance et la mondialisation complexe, il est facile pour la communauté internationale et, particulièrement les pays responsables de cette catastrophe humaine et environnementale, de perdre de vue leurs responsabilités morales de sorte à laisser les Banabans surmonter les obstacles subsistant comme un injuste héritage de ce qui fut une exploitation d'extraction fortement rentable, de la patrie Banaban qui est maintenant à l'abandon.

 

Ceux sont ici les faits que ces gouvernements ne veulent pas que vous entendiez, de sorte que les Banabans devront rester —  le peuple oublié du Pacifique

 

 

LES BUTS D'ABARA BANABA - Notre patrie Banaba

ABARA BANABA est un groupe de pression agissant comme une seule voix pour les Banabans - ce peuple minoritaire vivant dans une des Nations du Tiers-Monde.

ABARA BANABA est composé de Banabans menés par le Conseil Rabi élu des leaders et des porte-paroles. Nous encourageons et accueillons la participation publique dans :

  • la recherche de la justice et de la construction d'un meilleur avenir pour le peuple Banaban ;
  • une réabilitation environnementale de Banaba et un développement durable sur l'île Rabi ;
  • un support de qualité et de recherche autour de la flore banabane ;
  • un soutien à l'héritage culturel banaban et une préservation de l'identité ethnique ;
  •  l'émergence d'une voix mondiale pour les Banabans et encourager la participation.

Dans ses démarches, ABARA BANABA vise à une assistance aux Banabans. Il s'agit de la responsabilité de chaque d'entre nous afin de voir que les droits fondamentaux de l'Homme qui nous sont si chers, ne pas être niés aux Banabans. Leur histoire doit être connue. Aidez-les, dans la mesure de votre possible, en assurant qu'ils ne restent plus... le peuple oublié du Pacifique

 


(traduit de l'anglais par Christian Isidore Angelliaume)